Gabon/Can 2017: Les Lions Indomptés

Les Lions Indomptables sont champions d’Afrique pour la cinquième fois. Ils ont remporté la finale de la 31e édition aux dépens des Pharaons sur le score de 2 buts à 1 après avoir été menés 1-0 à la mi-temps. Et parce que cette CAN Total, Gabon 2017, a été une compétition étrange avec des résultats peu prévisibles, c’est le « remplaçant » Vincent Aboubakar, dont on pensait au début de la compétition qu’il serait un indiscutable titulaire, qui a marqué les deux buts les plus importants pour le Cameroun. Le deuxième de la finale, décisif pour le couronnement des Lions, après avoir transformé le tir au but décisif contre le Sénégal en quart de finale.
 
Etrange finale. L’austère Hector Cuper avait décidé de changer de tactique pour l’ultime rencontre. La veille encore il faisait encore qu’il n’avait aucune raison de changer la stratégie défensive de son équipe. Patatras, les coéquipiers de Mohamed El Hadary abordèrent la rencontre comme libérés d’un carcan. Dès la première minute Mohamed Salah servait Abdalla El Taïb pour un tir stoppé par Fabrice Ondoa.
 
Le match démarrait sur les chapeaux de roue. Tout au long des quarante-cinq premières minutes, les Pharaons allaient gambader sur la pelouse du Stade de l’Amitié dominant des Lions comme désemparés. Et c’est fort logiquement que les Egyptiens ouvraient la marque avec un numéro de Mohamed Salah qui offrait une balle à Mohamed Elneny esseulé dans la surface. Son tir instantané surprenait un Ondoa, sans doute mal inspiré, le ballon passant à l’intérieur, sur sa gauche, alors qu’il s’attendait qu’il parte sur sa droite (0-1, 21’). Les camarades de Benjamin Moukandji n’étaient pas dans le coup, subissaient le jeu d’une équipe attaquant parfois à quatre, situation totalement inédite de la part des Pharaons depuis le début de la CAN. Mais il leur manquait un véritable attaquant.
 
A la mi-temps, au regard de la prestation des deux équipes, personne ne pouvait imaginer le scénario final. Nicolas Nkoulou avait remplacé Adolphe Teikeu, blessé, et Hugo Broos faisait entrer Vincent Aboubakar à la place de Ndip Tambe. Bon coaching comme il est coutume de dire.
 
Moukandjo centrait dans la surface pour celui qui sautait le plus haut, Nkoulou. Ce dernier volait dans les airs pour chercher le ballon qui s’en allait mourir dans la cage d’El Hadary qui n’avait rien vu venir (1-1, 58’). Le match avait complètement changé de physionomie, les Egyptiens retrouvant leur attitude des matches précédents, recroquevillés sur eux-mêmes et, alors qu’on s’attendait à des prolongations, Aboubakar décrochait la timbale envoyant les Lions au paradis des gens heureux. Ainsi s’achevait une CAN Total 2017 au déroulement étrange, surprenant et inattendu.
 
Cinquième victoire dans la CAN après 1984, 1988, 2000 et 2002, désormais à deux longueurs du record e l’Egypte, et, cerise sur le gâteau, la Coupe des Confédérations, en Russie au mois de juin. Les Camerounais affronteront tour à tour le Chili, l’Australie et l’Allemagne. Bon voyage les Lions. Gardez-vous indomptés.
Homme du match Total : Benjamin Moukandjo
 
Réactions (AFP)
Hugo Broos (sélectionneur du Cameroun)
 
C’est vrai que lorsque je suis arrivé au Cameroun, j’ai dû changer des joueurs âgés, qui n’étaient plus motivés par la sélection. J’ai pris des joueurs plus jeunes. On a fait du bon travail. L’équipe n’est pas encore à son meilleur niveau. Je suis content pour les joueurs. Ce n’est pas un groupe de footballeurs, c’est un groupe d’amis. Prendre une revanche sur des journalistes, c’est le plus stupide qu’un coach puisse faire. Je ne demande qu’une chose, j’espère que la presse camerounaise m’a compris : patience et correction. Je pense que notre relation est bien meilleure qu’il y a un an.
 
Hector Cuper (sélectionneur de l’Egypte)
Je veux d’abord féliciter le Cameroun. Je ne suis pas triste parce que j’ai encore perdu une finale. Je suis désolé pour les joueurs. Je regrette seulement que nous n’ayons pas pu donner cette joie au peuple égyptien. Bon, je perds encore une finale… Je ne vais pas dire que je suis habitué, mais bon… .
 
cafonline.com/fr